LE CUMIC

La création du CUMIC en 2017 est une réponse aux recommandations de la Commission XII de l’Académie Nationale de Médecine, formulées dans son rapport de 2013 sur les thérapies complémentaires

- Apporter une information sur les thérapies complémentaires au sein de l’enseignement du 2ème cycle des études de médecine, en donnant aux étudiants des éléments de réflexion argumentés sur les résultats, les limites et les dangers des thérapies complémentaires.

- Fournir des recommandations sur la recherche en thérapies complémentaires, notamment pour les approches psychocorporelles, en soulignant les difficultés méthodologiques liées en particulier à la suggestibilité des patients et à la difficulté d’étudier un groupe contrôle.

Image de Vincent Guth

LE MOT DU PRÉSIDENT

Professeur Julien Nizard 

Le CUMIC a été fondé en 2017, à une époque où la configuration tant scientifique que sociétale nous a paru propice à la constitution d’un collège universitaire de médecine intégrative et de thérapies complémentaires. 

En effet, les professionnels de santé tout comme les usagers et patients du système de santé, sont désormais très en demande d’informations fiables, étayées et scientifiquement validées au sujet de ces thérapies.

Ces demandes, bien légitimes, interrogent d’une part la façon dont ces approches complémentaires aux soins classiques sont enseignées aux futurs professionnels de soins. Elles rejoignent d’autre part, celles des pouvoirs publics, eux-mêmes en attente de réponses académiques à cette question parfois sensible des thérapies complémentaires. 

Enfin, sachant que plusieurs universitaires sont déjà engagés de longue date dans des actions de recherche visant à évaluer la médecine intégrative et les thérapies complémentaires, ces efforts méritaient d’être mis en synergie au sein d’une instance collégiale, académique ayant pour but d'éclairer à la fois ce qui peut être enseigné et comment et ce qui peut être recommandé auprès des pouvoirs publics, particulièrement pour les pathologies chroniques.

 BUREAU

Nizard.jpg

Julien Nizard

Président du CUMIC

Professeur de Rhumatologie

Université de Nantes

 

Laboratoire de Thérapeutique

EA4391 Excitabilité Nerveuse et Thérapeutique

Chef du Service Interdisciplinaire Douleur, Soins Palliatifs et de Support, Ethique et Médecine Intégrative.

Existe-t-il pour l'Homme
un bien plus précieux que la Santé ?

SOCRATE

CONSEIL D'ADMINISTRATION

Bruno Falissard_edited.jpg

Bruno Falissard

Pédopsychiatre

Professeur de biostatistiques à l'Université Paris-Saclay

Directeur du CESP/INSERM U1018

(Centre de recherche en épidémiologie et santé des populations)

NOTRE VISION

Nous partageons la vision qu’il n’existe qu’une médecine et que cette médecine est par nature intégrative. Cette médecine inclut les connaissances et pratiques de la médecine conventionnelle tout en reconnaissant ses limites, auxquelles certaines thérapies complémentaires peuvent parfois permettre de répondre.

Notre vision d’une médecine intégrative se démarque d’une notion encore trop répandue qu’il existerait deux médecines, l’une étant alternative ou parallèle à la médecine conventionnelle.

Nous partageons également la vision que les thérapies complémentaires méritent une recherche de qualité qui doit prendre en compte certaines spécificités de ces thérapies. Nous pensons que l’évaluation de ces thérapies doit s’enrichir d’autres méthodes de recherche notamment qualitatives pour mieux comprendre leurs effets. La référence des essais randomisés contrôlés contre placebo est en effet souvent difficilement applicable dans le champ des interventions non médicamenteuses.

Nous sommes enfin convaincus que des unités de médecine intégrative gagneraient à se développer dans tous les hôpitaux en France, en particulier les centres universitaires, pour mieux répondre aux demandes des patients et leurs familles, et des usagers du système de soins. 

C’est là un des sens de notre engagement.